Vendredi 11 décembre

Cher public,
Vous qui lisez ces mots, réjouissez-vous, le spectacle vivant n’est pas mort !

Ces derniers jours étaient consacrés au tri et au nettoyage des ouvrages de la bibliothèque : Abécédaires, almanach, atlas, bestiaires, catalogues, concordanciers, dictionnaires, encyclopédies, manuels, grimoires, lexiques, études, répertoire, traités, thesaurus, glossaire, romans, contes… traitant de nombreux sujets aussi divers que variés : botanique, physique, médecine, histoire, géographie, sciences naturelles…

Au milieu de toute cette richesse littéraire, nous sommes surprises de l’accumulation d’ouvrages traitant du Ginkgo Biloba…

Une autre trouvaille nous interroge, nous découvrons protégé par du papier de soie le livre d’Eugène Leroy « L’ennemi de la mort » rempli de feuilles séchées de Biloba ramassées à différentes saisons, accompagné du poème de JW von Goethe « Ginkgo Biloba »

La feuille de cet arbre
Qu’à mon jardin confia l ‘Orient
Laisse entrevoir son sens secret
Au sage qui sait s’en saisir.

Serait-ce là un être unique
Qui de lui-même s’est déchiré ?
Ou bien deux qui se sont choisis
Et qui ne veulent être qu’un ?

Répondant à cette question
J’ai percé le sens de l’énigme
Ne sens-tu pas d’après mon chant
Que je suis un et pourtant deux ?

Quel rapport y a-t-il entre le Ginkgo Biloba, les Doublorigènes et la forêt de la Double ?

Il nous tarde de pouvoir accéder au bureau dans lequel nous espérons trouver les réponses à nos questions.

à suivre…

 Nathalie Aubin et Sylvie Massiot
Artistes de la Cie Nukku Matti

Ps : Nous sommes toujours traversées de sentiments troublants, d’émotions furtives, de souffles d’énergie poétique, d’idées fugaces